Invite only

Lire

Mes lectures de chaque jour, avec certaines œuvres d’art qui m’accompagnent 📚
Share

10 members

1 thread
View all threads
Thread: ‘Tisser’, de l’auteur malgache Jean-Luc Raharimanana, à...
Listen
Margaux
‘La fin des musées?’ de la conservatrice et historienne de l’art Catherine Grenier, qui date de 2013 mais continue à soulever des questions actuelles et encore actualisées par la crise de 2020-2021: lieux élitistes ou centres de loisirs pour grand public? Quelle histoire de l’art est écrite dans ces institutions? Est elle vraiment renouvelée? Par qui? Et analyse du ‘musée polymorphe’ tel que prôné par l’auteur. Devant ‘The Night of the Long Knives III’, du sud africain Athi-Patra Ruga.
Margaux
‘Une si longue lettre’, de Mariama Bâ, classique absolu de la littérature sénégalaise, une correspondance à sens unique qui dit l’espoir d’une femme et ses désillusions, l’indépendance au Sénégal et les années 1960, et l’amour. Devant une œuvre de l’artiste tunisien Nidhal Chamekh, telle une excavation.
Margaux
‘L’art africain comme philosophie’, où Léopold Sédar Senghor se demande ce que veulent dire les masques africains, et aussi un peu ce qu’ils disent de nous, et cela me fait penser au fabuleux film de Chris Marker, ‘Les statues meurent aussi’. Devant une œuvre hommage à ‘L’art africain’ du célèbre artiste ivoirien, qui a créé sa propre cosmogonie et son alphabet, Frédéric Bruly Bouabré.
Margaux
‘Bois sauvage’ de Jesmyn Ward, ça suinte, ça colle, ça brûle et ça raconte comme nulle part ailleurs un certain sud des Etats-Unis, avec un vocabulaire et des personnages qui ne s’oublieront plus jamais. Choc absolu de 2020. Il faut tout lire de cette très jeune auteur virtuose. Devant une lithographie du sud africain Mongezi Ncaphayi.
Margaux
‘The Future of the Museum’ d’Andras Szanto: 28 longs dialogues avec 28 directeurs de musées à travers le monde qui racontent comment ils ont construits, construisent voire envisagent de déconstruire les institutions museales qu’ils dirigent. La diversité géographique des musées analysés rend l’ouvrage passionnant. Devant une photographie de la grande artiste sud africaine Sue Williamson, prise dans le quartier de District Six, au Cap, juste après la destruction de la maison de cet homme.
Margaux
‘L’œil le plus bleu’, premier roman de Toni Morrison, qui voit grandir deux jeunes filles noires dans l’Ohio des années 1940, témoins malmenées d’une terre hostile. Devant un collage de la série ‘Guess who’s coming to dinner?’ de l’artiste Nigériane Marcia Kure.
Margaux
‘L’immeuble Yacoubian’ du grand auteur Egyptien Alaa El Aswany, sublime fresque humaine dans un immeuble du Caire, où la richesse côtoie la douleur, la pauvreté, la dérive, l’affairisme, l’arrivée de l’islamisme dans une vie et la jeunesse. Un très grand livre. Devant ‘No Man’s Land, une sculpture en bois brûlé de l’artiste ivoirien Jems Koko Bi, comme un hommage aux déracinés de nos mondes.